Les oiseaux

Les oiseaux

Les oiseaux, qui forment la classe des Aves, sont des vertébrés tétrapodes ailés.
Il existe en 2016 plus de 10 400 espèces d’oiseaux recensées (dont plus de la moitié sont des passereaux).
Chacune d’elles présente un ensemble commun de caractéristiques évidentes permettant de les regrouper.
Ils sont tous ovipares, c’est-à-dire qu’ils pondent des œufs entourés d’une coquille dure, et ils ont tous en général une température corporelle constante.

L’anatomie et la physiologie de la majorité des oiseaux tendent à favoriser au maximum leur vol : réduction de poids (colonne vertébrale caractérisée par le nombre élevé de vertèbres fusionnées en une pièce osseuse unique et très solide, le synsacrum ; absence de vessie, d’ovaire droit fonctionnel, peau dépourvue de glandes tégumentaires à l’exception de la glande uropygienne, allègement du squelette par des os pneumatiques, réduction de la musculature ventrale et dorsale).
Le corps aérodynamique et une forte musculature pectorale sont également des facteurs favorables au vol.
Enfin un métabolisme très actif favorisé par une nourriture énergétique et un appareil respiratoire efficace par la présence de sacs aériens leur permettent de produire la puissance élevée et durable nécessitées par le vol.
La spéciation de l’avifaune terrestre a cependant donné naissance à quelques oiseaux inaptes au vol (struthioniformes, manchots…).

Les oiseaux peuplent tous les milieux, cette répartition a été rendue possible grâce à des adaptations anatomiques, physiologiques et comportementales (en particulier le phénomène migratoire) variées.

Les oiseaux et les mammifères, regroupent certaines des espèces qui ont les meilleurs résultats dans les tests d’intelligence animale, avec les perroquets et les corvidés qui ont la faculté d’utiliser des outils. Toutes ces caractéristiques sont étudiées par les ornithologues.

Alimentation

Les régimes alimentaires aussi bien que les stratégies pour se nourrir sont très variées. Certaines espèces peuvent être opportunistes comme les charognards, ou peuvent trouver leur nourriture dans des lieux spécifiques comme les nectarivores ou frugivores. Les oiseaux peuvent aussi être herbivores, granivores, ou prédateurs comme les carnivores, insectivores, piscivores, planctonivores, voire cleptoparasites. Le Géospize à bec pointu est même connu pour être hématophage.

Le métabolisme élevé des oiseaux les oblige à consommer de grandes quantités d’énergie. Ainsi, la masse fraîche de nourriture avalée chaque jour peut équivaloir jusqu’à environ 40 % de la masse corporelle chez les grives, près de 100 % chez les hirondelles, pouillots, roitelets et troglodytes et 200 % chez les colibris. La résistance au jeûne est de fait généralement faible, par exemple 24 h ou moins chez les hirondelles et le martinet noir, mais peut atteindre plusieurs jours, voire plusieurs semaines chez les rapaces diurnes.

Homéothermie

Les oiseaux sont des animaux homéothermes, c’est-à-dire que leur température interne est maintenue constante, quelle que soit la température extérieure. Leur métabolisme élevé et leur plumage participent à cette régulation ; la température interne moyenne des oiseaux est assez élevée, de 38 à 45 °C mais en général entre 40 et 42 °C soit 3 à 5 °C de plus que celles des mammifères.

Activités de confort

Les oiseaux utilisent une partie de leur temps dans des activités dites de confort. Selon certains auteurs, ils consacrent 9,2 % de leur période active à cela.
Une des activités de confort les plus courantes est le lissage de leurs plumes avec les secrétions cireuses de leur glande uropygienne. L’utilité de cette pratique est discutée mais il semble que cette cire agit sur la flexibilité des plumes, et aussi comme un agent antimicrobien qui inhibe la croissance de bactéries dégradant les plumes. Les séances de toilettage peuvent être mutuelles.
De nombreux oiseaux aiment également se baigner dans de l’eau et certains (notamment les phasianidae et les moineaux) dans la terre ou la poussière.

Évolution des répartitions

La principale cause naturelle d’expansion de l’aire de répartition d’un oiseau est la recherche de nourriture. Elle peut se faire soit au hasard d’une migration erronée, soit d’une façon lente par adaptation.
Les espèces domestiquées se sont répandues dans le cadre des élevages humains comme le coq doré devenu coq domestique. Il est à noter que le moineau domestique qui n’est domestique que dans la mesure où il a suivi l’homme partout, vit des activités humaines.
Ces espèces colonisatrices, par leurs stratégies reproductives ou alimentaires, concurrencent et finissent par supplanter les espèces autochtones entraînant à l’échelle humaine, une baisse de la diversité génétique.
Globalement, les populations d’oiseaux sont en déclins.

Les oiseaux
Le martin triste, originaire de l’Asie tropicale, a vu son aire de répartition très élargie après son introduction par l’homme dans de nombreux pays.

 

 

Source

N’hésitez surtout pas à consulter notre gamme de produits pour oiseaux.

Contactez nous

Site réalisé par naidtech